Vrai féminisme en dix questions.

Image associéeVrai féminisme en dix questions.

1) Qui est le vrai libérateur de la femme ?
Le Christ premièrement qui l’a rachetée et Marie sa Mère qui pour tous les hommes a accepté et offert l’oeuvre de la Rédemption au Père Éternel.

2) Peut-on parler de « libération » de la femme quand on lui dit qu’elle est égale et donc non soumise à son mari?
Non, car chaque société a besoin d’un chef, y compris la petite société de la famille. Il faut, sous peine de disputes incessantes, que quelqu’un puisse trancher et donc que la femme soit soumise à son mari. Sachant que 45% des « unions » en France terminent par un divorce, malgré les enfants déchirés entre leurs parents séparés…

Perte de repères, pris entre deux feux, les enfants souffrent terriblement du divorce. Il n’est pas bon d’être, parce qu’on existe, entre l’arbre et l’écorce.

3) La femme est-elle égale à l’homme ou à son mari?
Oui, la femme est égale à l’homme ou à son mari, et elle n’est en aucun cas inférieure à l’homme. Le président, malgré le fait qu’on lui obéisse après l’avoir choisi, n’est qu’un homme comme un autre. Ainsi, malgré qu’une femme obéisse au mari qu’elle a par ailleurs choisi elle-même, elle lui est égale en dignité, ayant la même destinée éternelle. Dieu devait choisir un chef de famille, et c’est l’homme qu’il a choisi. C’est donc à Dieu, et non à l’homme, qu’on obéit, quand on obéit au chef (ou à la chef) d’Etat ou au chef de famille : il n’y a donc rien de dégradant d’obéir.

4) La femme doit-elle obéir à tout homme? 
Non, la femme n’obéit comme tout le monde qu’à ses supérieurs hiérarchiques, et cela n’a rien à voir avec une quelconque inégalité des sexes mais seulement aux ordres de Dieu, en vue de la paix et de l’ordre social. Par ailleurs, c’est elle qui a choisi son mari, le mariage forcé étant frappé de nullité, et c’est pour cela qu’au départ, il faut bien choisir sa moitié.

Principales causes du divorce (interdit entre baptisés par l’Eglise)

  • L’infidélité, à l’origine d’un tiers des demandes de divorce ;
  • L’égoïsme du partenaire (c’est-à-dire le manque d’affection, de soutien etc.), à l’origine de 22% des demandes de divorce ;
  • Le mauvais caractère, à l’origine de près de 15% des demandes de divorce ;
  • Les comportements abusifs (jalousie notamment), à l’origine de près de 15% des demandes de divorce ;
  • Les désaccords concernant l’avenir, les objectifs poursuivis (maison, enfants, animal domestique…), à l’origine de près de 15% des demandes de divorce ;
  • L’incompatibilité, à l’origine de plus de 10% des demandes de divorce ;
  • L’argent et le travail (perte d’un emploi, dettes…), à l’origine de plus de 10% des demandes de divorce ;
  • Les beaux-parents, en cause dans un peu plus de 10% des demandes de divorce.

Le nombre de divorces varie d’une année sur l’autre, mais en moyenne ce sont près de 130 000 divorces qui sont prononcés chaque année. Il y a 1,8 mariages pour 1 divorce. Conséquence de cela : plus de 1,6 millions d’enfants vivent aujourd’hui dans des familles recomposées. Et plus de 600 000 personnes cohabitent avec les enfants de leur nouveau conjoint. Près de 8% des familles françaises sont des familles recomposées.

5) La femme peut-elle commander aux hommes?
Oui, il arrive que des femmes commandent à des hommes, à commencer par leurs propres fils, leurs domestiques ou leurs sujets. Et si elle leur commande, elle reste néanmoins leur égal, comme elles sont égales au mari à qui elles sont soumises.

6) La femme peut-elle dire de son corps que c’est le sien?
Non, car le corps n’appartient qu’en usufruit à l’homme : « Ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit…, et que vous ne vous appartenez pas ?… Glorifiez donc Dieu dans votre corps » (1Co 6, 19, 20). Une femme comme un homme ne peuvent pas disposer de leurs corps ou de leurs vies comme ils veulent mais comme Dieu le veut.

7) Qu’est-ce que Dieu ordonne aux hommes et aux femmes?
Le neuvième commandement de Dieu : Tu ne désireras pas la femme (ou l’homme) d’autrui, nous interdit les mauvaises pensées et les mauvais désirs et nous ordonne la parfaite pureté de l’âme et le plus grand respect, même au fond du cœur, pour le sanctuaire de la famille. Le sixième commandement : Tu ne commettras pas d’actes impurs, nous interdit toute impureté, c’est-à-dire les actions, les paroles, les regards, les livres, les images, les spectacles immoraux et nous ordonne d’être « saints dans notre corps », portant le plus grand respect à notre personne et à celle d’autrui, parce qu’elles sont œuvres de Dieu et temples où il habite par sa présence et par sa grâce.

8) L’impureté est-elle un grand péché ?
C’est un péché très grave et abominable devant Dieu et devant les hommes ; il avilit l’homme à la condition des animaux sans raison, l’entraîne à beaucoup d’autres péchés et de vices, et provoque les plus terribles châtiments en cette vie et en l’autre. Le vice de la luxure consiste à user en fait, ou par désir, ou en pensée voulue et complaisante, des choses que la nature a ordonnées à la conservation de l’espèce humaine, en vue de la jouissance qui s’y trouve attachée, contrairement à l’ordre naturel ou honnête qui règle l’usage de ces choses-là (q. 153, a. 1-3, Somme st Thomas d’Aquin). Le vice de la luxure a autant d’espèces qu’il peut y avoir de désordres distincts dans les choses de la luxure (q. 154). Ces espèces de désordre sont : la simple fornication, qui est directement opposée au bon ordre des choses du mariage en ce qui est de leur fin, savoir le bien et la formation ou l’éducation des enfants à venir ; – ou, chose de toutes la plus grave dans cet ordre-là, le vice contre nature, qui s’oppose directement et totalement à la fin première et essentielle du mariage, savoir la venue même de l’enfant ; – ou l’inceste, et l’adultère, et le stupre, et le rapt, qui portent sur l’abus de personnes proches parentes, ou mariées, ou sous la tutelle de leur père, que l’on trompe ou à qui l’on fait violence ; – enfin, le sacrilège, qui est l’abus de personnes consacrées à Dieu (q. 154, a. 1-2).

9) Le vice de la luxure, en ce qui constitue son fond essentiel, qui se retrouve en chacune de ses espèces, et qui n’est pas autre chose que la jouissance indue des plaisirs attachés aux choses du mariage, est-il un vice capital ?
Oui, la luxure est un vice capital, en raison précisément de ce qu’il y a de particulièrement véhément dans son objet, qui fait que les hommes s’y trouvent extrêmement portés (q. 153, a. 4). Les filles de la luxure sont : l’aveuglement de l’esprit ; la précipitation ; l’inconsidération ; l’inconstance ; l’amour de soi ; la haine de Dieu ; l’attachement à la vie présente ; l’horreur du siècle à venir (q. 153, a. 5). Ces filles de la luxure ont toutes, bien qu’à des degrés divers, ceci de commun, qu’elles impliquent l’absorption de l’esprit par la chair ; et c’est cela même qui fait la gravité spéciale de chacune d’elles, et de la luxure qui en est la mère : savoir que l’homme déchoit de sa royauté pour tomber au-dessous de la brute ou de l’animal sans raison (q. 153, a. 5, 6).

10) Est-ce qu’être le complémentaire de l’homme est dégradant pour une femme?
Non, le fait d’être complémentaire n’est pas dégradant mais permet simplement à chacun de se spécialiser dans différents domaines. La tête est complémentaire du cœur, l’artisan est complémentaire de l’agriculteur, le patron de l’ouvrier, le pouvoir législatif du pouvoir exécutif… Il est cependant évident qu’une femme peut aider son mari dans son travail comme il arrive dans les exploitations agricoles, ou que le mari peut aider sa femme dans les travaux du ménage (comme le nettoyage des carreaux, très physique).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s